En Général - Voyages, voyages

Heureux qui Comme Ulysse...

Dernière mise à jour 6.02.19

Aller au contenu

En Général

Journaux de bord
Bilbao, Séville, Jerez de la Frontera, ces aires sont toutes équipées des commodités attendues sur une aire de service et, cerise sur le gâteau, surveillées jour et nuit avec accès privatif. Certaines offrent même la possibilité de laver son linge. Jamais vu en France, pour le même service il faut aller dans un camping où le tarif est en moyenne 10 Euros plus cher. L'exception pour les tarifs est Barcelone qui pratique un prix prohibitif, 30€ sans électricité. Il faut dire aussi que l'aire est au centre de la ville, ce qui est assez rare. L'accueil sur ces aires est également parfait, de plus, elles sont généralement installées dans l'enceinte de concessions de camping car ou de grands garages, ce qui est un avantage si un problème survient sur le camping car. Par contre, sur cette route de plus de 1100 km, nous avons occupé des aires de service entièrement gratuites mais non surveillées où les services étaient plutôt vieillots. Mais ces aires ont le mérite d'exister. Un autre soucis en Espagne, est le ravitaillement en GPL, en effet, il n'y a que 3 ou 4 ans que ce pays accepte les véhicules équipés de ce carburant, avant il n'y avait que les taxis qui pouvaient rouler au gaz et les pompes équipées leur étaient réservées. Les voitures équipées au GPL ne passaient d'ailleurs pas la frontière. Le diesel est actuellement 20 cts. en moyenne moins cher qu'en France et jusqu'à 27 ou 28 cts. dans les grandes surface; il est donc compréhensible que les frontaliers se servent ici. Bien sûr, il y a aussi la température qui est beaucoup plus agréable à cette période de l'année qu'en France.
Dans le sud, il vaut mieux parler espagnol ou avoir quelqu'un qui peut faire la traduction pour vous,l'anglais et le français sont très peu pratiqués.
Ci-dessous, une petite vidéo du voyage au départ de Bilbao pour arriver en Andalousie.

Nous sommes le 17 février 2019, et je rajoute après plus de 5000 km sur les nationales Espagnoles, que les indigènes de ce pays sont des sauvages en voiture et particulièrement en camion. Je roule à 70 km sur les nationales car le poids de mon véhicule m'y oblige, 5.3 tonnes. Je me fais klaxonner et dépasser par les poids lourds en permanence, aucun ne respecte la règlementation. Quant aux automobilistes, ils n'hésitent pas à doubler malgré les lignes blanches et bien sûr, en klaxonnant comme si j'étais un mauvais conducteur. Ci-dessous, cette règlementation spécifique pour l'Espagne pour bien prouver que je ne raconte pas n'importe quoi.
Il faut noter, que sur plus de 5000 km dans ce pays, nous n'avons vu aucun contrôle de vitesse spécifique. Il existe bien des radars, mais ils ne flashent qu'u dessus de la vitesse autorisée pour les voitures. Et donc, forcément comme les poids lourds ne respectent pas la vitesse autorisée, quand un stranger la respecte, ça devient un emm......r.
© ddehem 2018
Conception du site : David Mollatte avec WebX5 Pro

Idées photos G.A.
Retourner au contenu